Mon étudiant - Lucia Taylor

Mon blogue

Mon étudiant

Mon étudiant - Lucia Taylor

L’étudiant Algérien qui habite normalement en France, vient tout juste d’arriver chez moi pour sa leçon. Son anglais laisse à désirer et il veut absolument s’améliorer. Alors, il vient chez moi deux fois par semaine, et on révise les règles de grammaire et le vocabulaire, en plus de pratiquer la conversation. C’est simple et sa paie bien, alors pourquoi pas ? Je ne fais ça qu’à temps partiel, en plus de ma carrière à temps plein, alors ça m’occupe.

Il se lève la tête avant de franchir la porte. Ses yeux tombent sur mon nouvel auvent . Il sourit et me fait signe qu’il aime la nouvelle décoration que j’ai ajoutée hier matin. Son regard malin me laisse sous-entendre qu’il croit que c’est l’argent qu’il me donne qui m’a permis d’acheter ce petit luxe. Bien, c’est la vérité, mais ce n’est pas la seule raison pour laquelle je le rencontre ! Je veux réellement que son anglais s’améliore. Je veux le voir réussir et je m’acharne à lui faire comprendre la prononciation souvent très différente de l’anglais versus celle du français. Je crois bien qu’il va réussir à retourner en France avec une bonne base dans cette langue si importante dans le monde d’aujourd’hui. Il y tient, lui aussi. Après tout, pour pouvoir travailler en informatique, il doit pouvoir se débrouiller en anglais, alors vaut mieux en profiter pendant qu’il est encore jeune.

Aujourd’hui, on a parlé longuement du Canada, de sa population, de sa superficie, de sa géographie, et de sa politique. Cela paraît qu’il n’est pas tellement vieux, car il ne connaît pas beaucoup la politique, en plus de n’avoir qu’une très petite notion de ce qui se trouve à l’extérieur de la France. J’ai dû lui parler de partis politiques de gauche et de droite, de la situation des aborigènes et des Français vis-à-vis les Anglais, de la précocité de la relation avec les États-Unis, et même de quels océans entourent notre pays. Je n’en croyais pas mes oreilles quand il m’a dit qu’il ne savait rien des Nations-Unies.

Par contre, parle-lui d’informatique, et il n’arrête plus. Il peut parler d’à peu près tout ; c’est lui qui s’occupe de la programmation avec des langages différents pour sa compagnie, en plus de savoir comment crypter des sites internet. Voilà tout ce que je peux nommer de son expertise, car mes connaissances finissent à peu près là ! Et c’est assez pour moi !