Ma recette de risotto Alla Milanese - Lucia Taylor

Mon blogue

Ma recette de risotto Alla Milanese

Ma recette de risotto Alla Milanese - Lucia Taylor

J’avais eu l’idée de faire un risotto Alla Milanese pour des amis qui venaient souper. Nous nous étions rencontrés lors d’un rendez-vous pour une injection acide hyaluronique. En cherchant la recette sur Internet, je trouvais une jolie histoire sur ce plat. En Italie, dans la région des Abruzzes, un tailleur de pierres, travaillant sur la cathédrale de Milan ajouta à son riz, qu’il trouvait sans goût, du safran de Navelli, d’où venait sa mère. J’avais besoin d’un gros oignon, de beurre, de riz à risotto, type arborio, du bouillon de bœuf ou de poule en grosse quantité, du parmesan. Bien entendu, le sel et le poivre seraient ajoutés, comme dans tous mes plats, avec parcimonie. Je préfère que mes invités adaptent la recette selon leur goût plutôt qu’ils aient un repas trop salé ou trop poivré. Je commençais à éplucher, et à couper en petits morceaux, les oignons.

Ma petite touche personnelle est un ajout de quelques têtes d’échalotes. Je fais revenir l’ensemble au fond de la cocotte qui me sert à faire cuire le riz, que j’ajoute cru avec l’huile d’olive, les oignons et les échalotes. Il faut attendre que le riz soit translucide pour commencer à verser le bouillon dessus. Pendant ce temps, je fais chauffer le bouillon de poule dans une bouilloire électrique. Cette astuce me permet de faire réchauffer mon bouillon pour qu’il soit à la bonne température lorsque je le verse sur mon riz. Je compte une vingtaine de minutes de cuisson, au moins. Parfois, trente à quarante minutes sont nécessaires, c’est selon la quantité de riz à cuire.

Évidemment, j’avais déjà préparé mon safran. Il suffit de le faire tremper dans de l’eau chaude, l’écraser au pilon, puis le mélanger au risotto. Le beurre et le parmesan ne se mettent qu’à la fin de la cuisson. Je servis ce plat avec de la charcuterie et des fromages italiens. Comme toujours, ce fut une réussite. Mes invités étaient surpris et étonnés de mes talents culinaires. Je dois dire que c’est la seule recette que je réalise, mais je sais la réussir parfaitement. À la fin du repas, pour rester dans l’ambiance italienne, je leur servis un tiramisu que j’avais réalisé moi-même, lui aussi. Par contre, je n’en étais qu’à mon premier essai. Avec un café fort, nous avons dégusté le gâteau en silence. Chaque bouchée m’évoquait la légèreté d’un nuage mêlée à la suavité du chocolat. Je crois que je vais commencer un blogue de cuisine, moi, après tous ces succès.