L'anniversaire de ma chérie - Lucia Taylor

Mon blogue

L'anniversaire de ma chérie

L'anniversaire de ma chérie - Lucia Taylor

Pour l’anniversaire de ma petite fille, je voulais lui préparer un fraisier. Nous serions douze à table. Je fis d’abord la Génoise. Il faut fouetter les œufs et le sucre dans un récipient qui peut se chauffer au bain-marie. Ensuite, je continue à fouetter jusqu’à ce que le mélange devienne un long ruban lorsque je mets ma cuillère en bois dedans et que je la ressors. Puis, j’incorpore la farine, tout en continuant à mélanger énergiquement. Un robot peut aider dans cette étape. L’étalage de la pâte sur la plaque à pâtisserie est une opération délicate. Au bout de huit minutes de cuisson, je retourne la pâte avec délicatesse, puis je la mets à cuire encore le même temps. Pendant le temps de la cuisson, je prépare ma crème mousseline. Il est important de faire bouillir le lait vanillé avec du beurre. J’ajoute les autres œufs, du sucre et de la farine de maïs. Je verse dessus le lait chaud et je remets à cuire.

Quand l’appareil a refroidi, je fouette le tout en incorporant progressivement la crème pâtissière, le but de l’opération consistant à introduire beaucoup d’air dans le mélange pour qu’il soit moussu. La préparation du sirop est une étape cruciale.  Dans une casserole, je mets de l’eau et la fais bouillir ; j’ajoute le sucre et la liqueur ou le sirop de fraise, au choix. Pour monter le gâteau, un cercle à pâtisserie est indispensable. J’en ai trois de tailles différentes. Je n’en utilise que deux, souvent, mais je voulais réaliser un gâteau à étage vraiment fantastique. J’ajoutais de la pâte d’amandes rose par-dessus et je décorais de billes argentées et de fleurs en sucre. J’étais si contente du résultat que je pris en photo l’énorme gâteau. J’allais ensuite me préparer pour recevoir mes invités.

J’avais constaté, depuis quelque temps, que mon mari avait des taches brunes peau qui étaient apparues ; je lui en fis la remarque. Il ne s’en souciait pas vraiment.

Quand toute la famille fut enfin réunie, nous avons écouté ma petite fille chanter un air qu’elle avait appris à l’école. Nous nous sommes tous attablés autour d’un gigot que j’avais cuit au miel et accompagné de raisins et de pommes de terre. J’entendis la conversation de mes neveux. Ils me complimentaient sur la qualité de ma cuisine. J’étais vraiment contente que chacun prenne du plaisir à manger ce que j’avais préparé. Le point d’orgue du repas fut quand j’apportais le dessert. Il était magnifique, tout le monde poussa des exclamations de ravissement.