Et la boule de cristal dit... - Lucia Taylor

Mon blogue

Et la boule de cristal dit...

Et la boule de cristal dit... - Lucia Taylor

J’avais une amie qui s’était mis à pratiquer la voyance. Elle m’avait tiré les cartes d’un jeu de tarot que je ne connaissais pas avant, le Tarot de madame Indira. Ses prédictions m’avaient un peu étonnée. Je risquais de souffrir de mon dos, j’aurais bientôt de grands bouleversements dans ma vie, liés à ma situation professionnelle, et financière, et je rencontrerais le grand amour bientôt. Mon amie, elle-même, n’en revenait pas. Je dois dire que je suis une personne assez casanière, j’aime rester chez moi pour lire tranquillement, et ma condition de célibataire me va parfaitement. J’ai un travail régulier, que je possède depuis une dizaine d’années, et qui m’apporte tout ce dont j’ai besoin professionnellement, et financièrement. Je n’avais rien envie de changer dans ma vie, et je n’étais absolument pas prête à de la nouveauté dans mon quotidien.

Alors que j’allais à mon traitement des varices, chez un spécialiste, je m’arrêtais devant une boutique qui m’attira tout de suite. Sur une table ronde assez haute, une pièce de tissu en velours rouge sombre supportait une boule de cristal et un jeu de cartes. Sur une chaise sculptée, en bois, au haut dossier, une grande tenue blanche à capuche était posée. La coupe du vêtement me faisait penser aux djellabas que les Marocains mettent. J’entrais dans le magasin. Des encens brûlaient, répandant une odeur douce et sucrée dans l’atmosphère. Une grande partie des murs était recouverte de livres ésotériques. « Comment pratiquer la magie blanche sans dangers » côtoyait « Les meilleures méthodes de calcul en astrologie ». C’était le lieu idéal pour trouver un cadeau à mon amie.

Ils avaient, sur le comptoir où la caisse enregistreuse était posée, un assortiment de pendules de toutes les tailles et de toutes les matières. L’un d’eux semblait être en quartz, il était muni d’une chaîne en argent. De petite taille, sa forme était très jolie. Elle ressemblait à une goutte d’eau qui se serait arrêtée en plein trajet vers la terre. J’appelais un vendeur, car je n’en voyais pas dans le magasin. Une femme âgée, la peau mate et les cheveux noirs parsemés de gris tirés en un chignon impeccable, sortit de derrière une tenture. Elle m’annonça un prix tout à fait abordable pour la boule de cristal, que je pris aussi pour mon amie. Ce fut sur le retour que je rencontrais un homme qui changea tout le cours de ma vie.