Des petites choses parfaites - Lucia Taylor

Mon blogue

Des petites choses parfaites

Chez Marie, j’ai vu un magnifique châle. Elle possède une boutique située près de la maison de mes parents, et je voulais faire quelques courses dans son commerce, nouvellement ouvert. Elle avait des objets de décoration et des accessoires pour la cuisine étonnants. Parmi les trouvailles que j’ai faites, une magnifique cocotte en fonte. En forme de tomate, elle est performante et si résistante, que je pourrai la transmettre à mes arrière-petits-enfants. Une spatule en bois, sculptée sur le manche de dessins géométriques, compléta ma collection d’ustensiles. Je les veux esthétiques, en matière naturelle, et ergonomiques. Certains d’eux viennent même de Provence. Dans cette région française, l’olivier est transformé en planches à découper, en louches, et même en bols. Les nœuds foncés, noirs, agrémentent ces accessoires. La couleur, un miel foncé, leur ajoute une touche d’élégance. J’ai plusieurs pièces assorties dans cette matière et je ne me lasse pas de m’en servir.

Je devais aider ma soeur, et j’étais dans une recherche importante, car je voulais trouver un syndic Pointe-aux-Trembles. Aussi, j’ai parlé de ce sujet à mon amie, la propriétaire de la boutique, et elle m’a référé à la personne parfaite qui pourra venir en aide à ma soeur et à son mari. Mais pour en revenir à son commerce, j’avais vu un tablier de cuisine, très original, en tissu traditionnel africain. Les motifs marron étaient simples, mais le fond vert anis était incroyablement lumineux. Je me suis offert ce modèle, plus un autre. Sur un fond orange, des lignes serpentines violettes sont imprimées. Je l’ai gardé pour le chalet, où je vais quasiment toutes les fins de semaine, sauf pendant l’hiver. J’ai aménagé une cuisine chaleureuse et si conviviale, que je reçois mes amis les plus proches uniquement dans ce lieu.

Composé d’un îlot central, je peux réaliser de bons petits plats tout en discutant avec mes invités. La réalisation de certains soufflés nécessite une présence constante, je ne peux donc les servir que si nous sommes peu nombreux. Je ne peux pas faire tenir plus de cinq personnes, en plus de moi, dans cet endroit aux dimensions modestes. Les murs sont recouverts de lambris de chêne, que je cire pour que l’odeur se répande dans mon domicile. Au sol, un carrelage aux tons orangés est encerclé de planches de bois. Elles tracent des losanges sur le sol, au sein desquels les carreaux en terre cuite ont été posés. C’est si agréable, que je pense qu’un jour, je m’installerai à l’année dans ce havre de paix. J’aime vraiment le terrain boisé qui s’étend tout autour, et la rivière qui coule tout au fond.